Ion Antonescu

 

Ion Victor Antonescu, né en 1882 et mort en 1946, était un militaire et homme politique de Roumanie.

Il a été successivement chef de la section Opérations du Grand Quartier Général pendant la Première Guerre mondiale, attaché militaire à Londres et Paris, commandant de l'École supérieure de Guerre, chef du Grand état-major et ministre de la Guerre.

Entre septembre 1940 et août 1944, il est premier ministre et conducator (dictateur) de la Roumanie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fait le choix de l'alliance avec Hitler et l'Allemagne nazie, ayant envoyé des troupes en Bessarabie, puis en URSS jusqu'à Stalingrad. Il fut arrêté par un coup d'état lorsque la Roumanie, menacée par l'Armée rouge, passa du coté des Alliés.

Le 17 mai 1946, jugé responsable par le Tribunal du Peuple de la mort de plus de 300 000 juifs, il fut exécuté dans sa prison. Antonescu est souvent le centre d'opinions divergentes quand à ses responsabilités dans les cercles militaires roumains, malgré l'image très négative propagée pendant des décennies par le régime communiste d'après-guerre.

 

Ion Antonescu

Ion Antonescu

Sommaire

  • 1 Carrière
    • 1.1 Période de l'entre-guerres
    • 1.2 Alliance avec Hitler
  • 2 Controverse

 

Carrière

Période de l'entre-guerres

Antonescu avait fait carrière dans l'armée. Il se distingua en participant en tant qu'officier à la Deuxième guerre des Balkans puis à la Première Guerre mondiale, et obtint ensuite le grade de général. Il fut attaché militaire en France et en Grande-Bretagne dans les années 1920.

Il fut nommé Premier ministre en septembre 1940 par le roi Carol II, après l'annexion du nord de la Transylvanie par la Hongrie (soutenue par l'Allemagne), et l'annexion de la Bessarabie et de la Bukovine par l'URSS.

Alliance avec Hitler

Il opta pour une alliance avec l'Allemagne avec l'idée de récupérer les territoires cédés aux Soviétiques. Dans un premier temps, il donna une place prépondérante dans le pouvoir à la Garde de Fer, parti fasciste roumain, et promulgua des lois anti-juives. Il exclut toutefois la Garde de fer en janvier 1941, en raison du comportement insurrectionnel de ses membres. La Roumanie devint un vassal du Troisième Reich, préservant ses intérêts stratégiques (approvisionnement en pétrole de la région de Ploiesti et utilisation du territoire comme base d'invasion).

Les troupes roumaines participèrent à l'opération Barbarossa en juin 1941, occupant la région d'Odessa où elles commirent des massacres avec l'aval d'Antonescu. La popularité d'Antonescu s'effondra lorsque les deux armées roumaines engagées sur les flancs des forces allemandes, subirent d'importantes pertes lors de la bataille de Stalingrad. Devant l'avancée de l'Armée rouge, Antonescu fut renvoyé par le roi Michel Ier en août 1944, et arrêté lors d'un coup d'État, alors que les troupes soviétiques menacent d'envahir la Roumanie. L'armistice et le retournement d'alliance sont signés peu après.

Après la Seconde Guerre mondiale, il fut traduit devant un "Tribunal du peuple" par le gouvernement dominé par les communistes, pour avoir soutenu l'invasion nazie de l'URSS et la déportation ou l'exécution de près de 300 000 juifs roumains ou ukrainiens. Il fut fusillé en juin 1946. Avant le tir, il lève son chapeau, ses derniers mots après le tir était selon le rapport officiel de la Securitate de l'époque: "Vous ne m'avez pas tué, messieurs, tirez!".

En 2004, le gouvernement roumain admit la conclusion d'une commission d'enquête menée par Elie Wiesel, faisant état de la responsabilité d'Antonescu dans la mort d'entre 280 000 et 380 000 juifs de Roumanie ou des territoires occupés par son armée, déportés ou assassinés.

Controverse

Antonescu pendant son procès

Antonescu pendant son procès

On dit souvent qu'Antonescu était un "dictateur fasciste". Même si sur la première partie dela qualification. il n'y a pas de doute, en ce qui concerne son orientation politiqus, bien qu'ayant rangé la Roumanie aux cotés des vassaux du Troisième Reich, son alignement sur le nazisme n'était pas total.

Il a toujours eu une attitude discutable pour les milieux nazis :

  • Antonescu dit à Hitler qu'il "ne s'intéressait pas aux idéologies, mais seulement aux intérêt de sa patrie, qui sont supérieurs [aux idéologies]".
  • Sa belle mère, Frida Cuperman, était juive. De même que sa maîtresse Raþela Mendel, avec qui on suppose qu'il voulait se marier.
  • En Roumanie, il n'y a pas eu de "solution finale" d'extermination des juifs, les juifs qui se trouvait sur le territoire de la Roumanie n'ont pas été massivement envoyés vers des camps de concentration, et de nombreux juifs étrangers ont sauvé leur vie en passant par la Roumanie. D'un autre coté, le sentiment anti-juif dans le gouvernement ne peut pas être nié, avec des expropriations, déportations et exécutions dans les territoires occupées (Bessarabie et Transnistrie)
  • Joseph Goebbels lui-même rapporte dans son journal personnel: "Antonescu est au gouvernement avec l'aide des maçons et des ennemis de l'Allemagne. Nos minoritées [allemandes en Transylvanie] ont la vie dure. Le Reich a fait un tel effort pour rien." (19 février 1941).
  • Jusqu'à 1942, Antonescu avait permis et même encouragé l'émigration des juifs vers la Palestine mandataire, avec l'argument que de cette façon le "problème juif" pouvait se résoudre. Cette politique cessa ensuite à cause du refus britannique d'accepter de l'immigration en Palestine de Juifs roumains, et de l'insistance de plus en plus importante de l'Allemagne.

 

"Ion Antonescu." Wikipédia, l'encyclopédie libre. 11 août 2006, 12:06 UTC. 15 août 2006, 23:10 <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ion_Antonescu&oldid=9267166>.

 

bottom

Copyright 2005 - 2017 © Dictateurs.com