Benito MUSSOLINI

5. Une politique étrangère d'abord hésitante puis belliqueuse

Dans les années 20, Mussolini joue un jeu d'alliances assez classiques notamment avec le Royaume-Uni dont certains des dirigeants ne cachent pas leurs sympathies pour le Duce (comme le représentant du foreign office Austen Chamberlain). Parallèlement, il cherche à accroître l'influence de son pays dans les Balkans et en Europe danubienne : il revendique et finit par obtenir le rattachement de Fiume à l'Italie, au détriment de la jeune Yougoslavie (traité de Rome, 1924) ; il fait de l'Albanie un protectorat de fait (traité « d'amitié et de sécurité » signé à Tirana en 1926) ; il noue des liens avec l'Autriche, la Hongrie, la Roumanie. Mais un autre de ses objectifs est de faire admettre l'Italie dans le cercle des grandes puissances coloniales : implantation en Libye qu'il « pacifie » après une répression violente et des déplacements de population, rapprochement avec l'Éthiopie à partir des possessions de Somalie et d'Érythrée et dont il essaie de faire un protectorat. Devant les résistances du roi d'Éthiopie (le Négus, Haïlé Sélassié) et suite à un incident de frontière, il attaque l'Éthiopie en 1935. Mais la victoire est longue à se dessiner malgré l'écrasante supériorité militaire des Italiens. Le 3 mai 1936, les troupes italiennes entrent cependant à Addis Abeba, effaçant ainsi la défaite d'Adoua. C'est alors l'apogée du fascisme italien. Ailleurs d'autres partis fascisants voient le jour, notamment le Parti populaire français de Jacques Doriot en 1936.

Une des conséquences de la guerre d'Éthiopie est d'éloigner les grandes démocraties occidentales de l'Italie et de forcer Mussolini à se rapprocher de l'Allemagne nazie. En effet, Mussolini, d'abord plus que méfiant vis à vis d'Hitler, se heurte à l'opposition de la France et de l'Angleterre. Il change sa diplomatie européenne, abandonne ses vues sur l'Europe danubienne qui devient une « chasse gardée » d'Hitler, l'Italie se voulant héritière de l'Empire romain et donc orientant sa politique vers le bassin méditerranéen. L'« Axe Rome-Berlin » se dessine en 1936. C'est ainsi que Mussolini laisse Hitler annexer l'Autriche (Anschluss, mars 1938) qui fait pourtant de l'Allemagne un voisin inquiétant pour l'Italie. De même, il soutiendra Hitler lors de la conférence de Munich où il feint d'être neutre : Hitler peut ainsi s'emparer de la Tchécoslovaquie. Afin de ne pas être en reste dans une sorte de belliqueuse compétition avec le IIIème Reich, Mussolini annexe l'Albanie (avril 1939). Mais il renâcle à s'engager plus avant aux côtés de l'État nazi : son pays n'est pas prêt à la guerre qu'Hitler a déjà programmée. Aussi n'entre-t-il dans le second conflit mondial que le 10 juin 1940, alors que la bataille contre la France est déjà gagnée par l'Allemagne. Son engagement dans la guerre est un fiasco : il envahit la Grèce 1940 depuis l'Albanie mais son armée est repoussée par les Grecs : Mussolini doit demander de l'aide à l'Allemagne. De même, en Libye, son armée est défaite par les Anglais, précipitant l'Allemagne dans une guerre africaine où elle laissera beaucoup de forces. Peu à peu, l'Italie devient vassale de l'Allemagne nazie.

6. La fin du régime et de Mussolini

En 1943, les Alliés attaquent la Sicile puis le sud de l'Italie, Mussolini est renversé puis emprisonné, mais il est libéré par un commando SS. Il installe la République sociale italienne dite République de Salò dans le nord de l'Italie où il organise une sanglante répression. Alors qu'il tente de fuir en Suisse après la défaite allemande, il est reconnu par des partisans italiens et fusillé avec sa maîtresse Clara Petacci et d'autres hiérarques du régime le 28 avril 1945. Leurs cadavres furent pendus par les pieds, traînés sur la place de Milan et ensuite décapités.

7. Famille

Adepte de l'union libre il exalte la famille traditionnelle n'hésitant pas à sacrifier ses proches.
Mussolini rencontre Ida Dalser au milieu des années 1910 alors qu'il est marié à Rachele avec laquelle il a déjà une fille, Edda. En 1915, elle lui donne un fils, Albino, qu'il accepte de reconnaître. Mais assez rapidement, Mussolini tente de soustraire l'enfant à sa mère. Pour y parvenir il cherche, en pleine guerre contre Vienne, à faire emprisonner Ida Dalser en raison de sa nationalité. En vain. Mais arrivé au pouvoir en 1922, plus rien ne lui résiste. Ida est internée dans un asile d'aliénés dès 1926 où elle meurt onze ans plus tard. À ce moment c'est Albino devenu entre-temps télégraphiste sur des navires au long cours, qui est à son tour interné et y décède en 1942.

Une de ses petites-filles, Alessandra Mussolini, est député européen.

8. Citations

« Les notions de citoyen et de soldat sont inséparables »
« Il y a des libertés : la liberté n'a jamais existé »

Ouvres

  • " Mussolini : Sa peur de son pire ennemi l'Albanie (Volume 2-Les gangsters)
  • Giovanni Huss il veridico (1913) ;
  • Vita di Arnaldo (1932) ;
  • Scriti e discorsi (1934-40, 13 vol.) ;
  • Parlo con Bruno (1941).

Précédent


Publié sous GNU Free Documentation License. Voir l'article original d'après l'article de Wikipedia ainsi que la liste des auteurs.

bottom

Copyright 2005 - 2017 © Dictateurs.com